Commission internationale
pour la protection des eaux du Léman

DE | EN

Lettre du Léman n°57 Dossier:
Suivis de la CIPEL
Consulter la lettre en ligne S'abonner

Actualités

Le brassage hivernal des eaux du Léman a eu lieu, mais pas en grande profondeur

le 9 avril 2020

Savez-vous comment les eaux profondes du Léman reprennent une bouffée d’oxygène ?

L’apport en oxygène est issu d’échanges gazeux avec l’air, mais aussi par la photosynthèse des plantes aquatiques et des algues. Ces dernières sont de minuscules organismes végétaux qu’on appelle également ‘’phytoplancton’’.

Cet apport est couplé à un phénomène naturel qu’on appelle ‘’brassage’’ qui est principalement lié aux conditions météorologiques de l’hiver.

En effet, lorsque les eaux de surface riches en oxygène se refroidissent, gagnant ainsi en densité, celles-ci plongent vers les profondeurs, poussées également par les vents favorisant les mouvements.

Or cet hiver, nous avons constaté que le brassage a atteint la profondeur de 100 m, ce qui n’a pas permis d’alimenter en oxygène les couches profondes, pouvant atteindre à certains endroits plus de 300 m.

Le dernier brassage complet date de 2012. Depuis, la concentration en oxygène au fond diminue.

Le brassage, à quoi ça sert ?

Assurer une bonne oxygénation des eaux profondes est primordiale pour permettre une bonne décomposition microbienne des restes de débris végétaux et animaux qui s’accumulent au fond.

Le manque d’oxygène a aussi des conséquences sur la faune piscicole. Par exemple, une oxygénation insuffisante des couches profondes peut entraîner la disparition des habitats des poissons. Les frayères des corégones et des ombles doivent être suffisamment oxygénées pour permettre le développement des œufs.

Sans oxygène, c’est l’asphyxie !

 

Porter loin ensemble notre regard sur le Léman

le 27 mars 2020

Le 24 septembre dernier, la CIPEL organisait une rencontre avec la société civile à l’occasion de la préparation du prochain plan d’action 2021-2030.

J’ai le plaisir de vous faire partager la synthèse de cette rencontre, qui fut extrêmement enrichissante, éclairante et inspirante.

Je vous invite à prendre un petit moment pour prendre connaissance des moments forts de cette matinée inédite, en parcourant cette synthèse ou en écoutant les mots insufflés par Erik Orsenna et Dominique Bourg, ici.

Puissent ces échanges continuer à raisonner en chacun de nous pour l’avenir du Léman et nous encourager à relever les défis qui nous attendent !

Audrey Klein, Secrétaire générale

Les macrophytes du Léman

le 21 février 2020

Pour mieux faire connaître les plantes aquatiques et autres espèces vivantes qui peuplent les fonds de notre Léman, la CIPEL a collaboré avec le Youtubeur FabWildPix qui vous fait découvrir à travers une vidéo, ces herbiers lacustres souvent méconnus que l’on confond avec les algues.


[Cliquez pour accéder à la vidéo via Facebook, la vidéo est également accessible sur Youtube]

D’autres vidéos sont à venir en lien avec la préservation du lac, suivez-nous sur Facebook pour rester informé.

Et pour en savoir plus sur les macrophytes, consultez la Lettre du Léman n°40 dont le dossier est consacré aux herbiers du Léman et n’hésitez pas à vous abonner pour recevoir les prochains numéros

Les microplastiques dans le Léman

le 23 décembre 2019

En novembre dernier, la CIPEL participait au workshop dédié à la thématique des plastiques organisé par l’Association pour la Sauvegarde du Léman.

A cette occasion, Marc Babut, Président du Conseil scientifique de la CIPEL, présentait les résultats des impacts des (micro)plastiques sur les écosystèmes aquatiques. La présentation en format PDF est disponible ici.

Cette présentation est notamment basée sur le chapitre du Rapport scientifique 2019 de la CIPEL consacré aux réflexions sur les besoins de connaissances et la surveillance des microplastiques dans le Léman.

Toujours en lien avec la thématique des microplastiques, ce mois de novembre a aussi été marqué par la participation de la CIPEL à la conférence du CARRTEL de l’INRA et dont une vidéo de l’intégralité de la présentation de Marc Babut est visible ici.

58ème session plénière de la CIPEL

le 26 novembre 2019

Partenaires et membres de la CIPEL se sont réunis à l’occasion de la 58ème session plénière qui s’est tenue à l’École hôtelière de Thonon-les-Bains.

Cette rencontre a été l’occasion pour la CIPEL de présenter les activités réalisées sur l’année écoulée, l’état de santé du Léman, ainsi que les budgets et comptes financiers.

Une recommandation adressée aux gouvernements a été adoptée et porte sur la préservation des zones humides du territoire.

Pour la suite de ses activités en 2020, la CIPEL va notamment poursuivre son travail pour la réalisation du futur plan d’action 2021-2030, afin d’en présenter une version finale en novembre 2020.

Il sera aussi question pour la CIPEL de développer sa présence sur les réseaux sociaux et finaliser une campagne de sensibilisation sur les rives du lac, pour informer et sensibiliser le grand public lémanique à la préservation de ce géant lacustre.

Et bien sûr, les résultats des dernières études scientifiques seront compilés et de nouvelles études menées.

Le rapport scientifique de la campagne 2018 est désormais accessible dans son intégralité, ainsi que le tableau de bord et ses 56 indicateurs de suivi.

Restez informés de nos dernières actualités en vous abonnant à notre page Facebook.

Toute l’équipe du secrétariat de la CIPEL vous souhaite une belle fin d’année 2019.