Commission internationale
pour la protection des eaux du Léman

Lettre du Léman n°54 Dossier:
Changement climatique
Consulter la lettre en ligne S'abonner

Entretien des espaces verts

Dans le cadre de son Plan d’Action 2011-2020, la CIPEL travaille avec tous les utilisateurs de produits phytosanitaires pour diminuer les rejets et protéger les milieux aquatiques : agriculteurs, industriels, mais aussi jardiniers amateurs et services communaux en charge des espaces verts. C’est par des démarches collectives que l’action est la plus efficace.


CIPEL_EspacesVerts_Rapport2016_vignetteUn sondage pour mieux connaître les pratiques

Pour suivre l’évolution des pratiques communales d’entretien des espaces verts et leurs impacts sur la qualité des eaux, mais également mettre en avant les efforts consentis par ces services pour la préservation de l’environnement, la CIPEL a consulté les 536 communes de son territoire.

Une synthèse présente les résultats du sondage et propose des pistes pour aller plus loin, vers un plus grand respect de l’environnement, en facilitant l’accès des services communaux aux ressources et outils existants sur le territoire : réglementations, formations, bons exemples…

Le sondage en quatre points-clés

  • 125 communes ont répondu au sondage ; plus des deux-tiers estiment le sujet assez ou très important pour elles.
  • Plus de 3 communes sur 5 ont recours à des produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs bords de route et espaces verts.
  • Les difficultés évoquées pour réduire l’usage de ces produits ont autant trait à des facteurs techniques et de coût qu’à des dimensions humaines d’acceptabilité des habitants ou de volonté politique.
  • De nombreuses ressources existent sur le territoire pour aller plus loin : elles sont riches et variées.

 

 

Pistes pour aller plus loin : partenaires, sites et documentation de référence

En France

 

  • Charte Régionale d’Entretien des Espaces Publics : charte « zéro phyto dans nos villes et villages » de la Région Rhône Alpes. Plus d’infos sur les sites organismes pilotes ou porteurs du projet tels que la CROPP, la FRAPNA, et la FREDON-RA (cf. ci-après).

 

  • La FRAPNA – Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, sur son site dédié à l’objectif « Zéro pesticide », recense des informations, bonnes pratiques et outils de communication pour les collectivités et les particuliers, mais également les jardineries. Elle participe à l’animation de la charte « Zéro phyto dans nos villes et villages » et accompagne les communes dans la démarche.

 

 

  • La FREDON-RA, fédération dédiée au sanitaire du végétal qui agit dans l’intérêt général en zone rurale comme urbaine, agit contre les organismes nuisibles, les espèces exotiques envahissantes et les dangers sanitaires présents en région Rhône Alpes par des actions de surveillance, prévention et lutte (recherche, sensibilisation, formation, etc.).

 

  • Le site du plan Ecophyto dans les jardins, espaces végétalisés et infrastructures présente le label « Terre Saine, communes sans pesticides », le Plan Ecophyto, un point sur les expositions et impacts, la réglementation, des stratégies alternatives, des démarches pionnières, et également des guides et conseils pour les particuliers… Retrouvez par exemple en ligne le guide « Phytosanitaire – Guide de bonnes pratiques dans les ZNA » : Utiliser les produits phytosanitaires dans le respect de la réglementation (juin 2014).

 

  • Le CNFPT propose de nombreux cours sur la gestion des espaces publics sans pesticide (gestion différenciée, pratiques alternatives, vers le zérophyto dans les cimetières, pilotage et communication, etc.)

 

 

  • La campagne « Zéro phyto, 100% bio », portée par trois associations, a pour but de recenser, encourager et valoriser au niveau national l’effort des collectivités à réduire ou éliminer l’usage des pesticides et/ou à promouvoir l’agriculture bio. Un guide est disponible pour les collectivités et regroupe conseils pratiques et références. La campagne propose également de visualiser et valoriser les communes ayant réduit ou éliminé l’usage des pesticides sur une carte de France des villes et villages sans pesticides et par le biais d’un concours annuel.

 

  • Le syndicat de rivière dont votre commune fait partie peut vous accompagner. Les procédures globales de gestion de l’eau et des milieux aquatiques portées par ces syndicats, comme les contrats de milieux, comprennent souvent des actions de réduction de pollutions par les pesticides et de sensibilisation à la diminution de leur utilisation.

 

  • Soutien et accompagnement par des associations locales, par exemple l’APIEME (pour la protection de l’impluvium des eaux d’Evian), ou Art-terre (Haute-Savoie).

 

  • Les Conseils départementaux traitent des problématiques similaires aux communes concernant les bords de route. Les services concernés peuvent fournir des références. En Haute-Savoie, une fiche de sensibilisation a été élaborée sur le fauchage raisonné des bords de routes départementales.

 

… et la liste n’est pas exhaustive. Nous espérons que ces pistes vous donneront l’envie et les moyens d’aller plus loin dans la mise en place d’alternatives aux pesticides. Bonne continuation !

 

En Suisse

 

 

 

  • Certification « Ville verte Suisse » : proposition d’un label pour les espaces verts publics durables. VILLEVERTE SUISSE est soutenue par l’Union Suisse des Service des Parcs et Promenades (USSP) ainsi que par la Commission fédérale pour la technologie et l’innovation (CTI).

 

  • Le SANU propose chaque année des cours sur cette thématique, par exemple « Entretien efficace et durable des bordures de routes et espaces verts dans les communes » ou « Lutte contre les néophytes envahissantes dans la commune et le long des cours d’eau », ou encore un cours sur l’entretien des cimetières.

 

  • La Fondation pour la pratique environnementale en Suisse (Pusch) soutient les communes dans leur rôle de protection de l’environnement et participe à l’éducation à l’environnement dans les écoles. En particulier, la fondation a mené en 2012/2013 la Campagne nationale « Favorisez la nature » dans laquelle des communes, écoles, associations et clubs de toute la Suisse ont sensibilisé le public à l’utilisation éco-responsable des produits chimiques dans la maison et le jardin.

 

 

  • ProNatura s’engage en faveur de la biodiversité via diverses actions. Sa campagne « Flower Power – prairies arc-en-ciel », qui vise le développement de prairies fleuries, donne par exemple lieu à la production d’un guide pratique sur ce thème.

 

 

  • Soutien et accompagnement par des associations locales.

 

… et la liste n’est pas exhaustive. Nous espérons que ces pistes vous donneront l’envie et les moyens d’aller plus loin dans la mise en place d’alternatives aux pesticides. Bonne continuation !

 

En Suisse et en France

  • La CIPEL met chaque année un indicateur à jour représentant les communes de son territoire ayant participé à des cours sur les alternatives aux pesticides. Elle est d’ailleurs partenaire du SANU pour certains de ces cours. D’autre part, elle diffuse (en ligne et papier) le guide du jardin naturel, destiné aux particuliers, et l’exposition Eau’dyssée, sur la trace des micropolluants, permettant de sensibiliser jeune public et familles à la problématique des micropolluants.

 

  • L’association Plantes et Cité, présente en France et en Suisse, est une plateforme d’expérimentations et de conseils techniques à destination des services espaces verts des collectivités et des entreprises du paysage.

 

  • En France comme en Suisse, des entreprises spécialisées offrent des services ou des produits compatibles avec un entretien des espaces verts alternatif aux produits phytosanitaires. Notons qu’en Suisse, Jardin Suisse est l’Association suisse des entreprises horticoles. Elle s’engage pour de bonnes conditions cadres dans la branche horticole, informe ses membres et la population sur des thèmes afférents à la branche verte et offre à ses membres de nombreuses prestations de service. En France, son pendant est l’Unep, l’Union nationale des entreprises du paysage.

 

… et la liste n’est pas exhaustive. Nous espérons que ces pistes vous donneront l’envie et les moyens d’aller plus loin dans la mise en place d’alternatives aux pesticides. Bonne continuation !

 


Fiche A6 TB2015L’entretien des espaces verts dans les communes

La CIPEL encourage les communes à appliquer des pratiques plus respectueuses de l’environnement dans la gestion de leurs espaces verts et les invite à suivre des formations en ce sens. La CIPEL suit la sensibilisation des communes de son territoire grâce à un indicateur présent dans son tableau de bord :

fiche « Limiter l’utilisation des pesticides dans les espaces verts » dans le tableau de bord

 


CIPEL_Guide_du_jardin_naturelL’entretien des jardins privés

Afin que de bonnes pratiques puissent être aussi appliqués au jardin, la CIPEL propose le  Guide du jardin naturel [PDF, 1.6 Mo], donnant de nombreux conseils pratiques pour remplacer les pesticides par des méthodes simples et naturelles.

 


Pour aller plus loin…

Liens utiles

 

MENU